fbpx

Commotion cérébrale: C’est quoi ?

Tu as déjà entendu parler d’une commotion cérébrale ou tu connais quelqu’un qui a subi une commotion. Mais sais-tu réellement c’est quoi ? Sais-tu vraiment comment la reconnaître ? Parfois, il nous arrive des incidents alors que l’on pratique nos activités de la vie quotidienne ou nos activités sportives sans penser qu’elles auront des répercussions sur plusieurs jours. Une commotion cérébrale est loin d’être banale, elle survient de façon anodine, mais entraîne une succession de réactions qui doivent rapidement être prises en charge afin d’éviter les complications. Bien reconnaître les différents mécanismes, les différents symptômes et connaître les différentes étapes à suivre lorsque l’on subit un impact important est essentiel pour garder un cerveau en santé. Dans cet article, je te présence les principaux mécanismes de blessure pouvant provoquer une commotion cérébrale, quoi faire et a qui en parler quand ça se produit, quand aller consulter et pourquoi c’est essentiel suivre elles différents protocoles.

Mécanismes de blessure et Symptômes

Pour reconnaître une commotion cérébrale, il faut que tu puisses identifier 2 choses  importantes: le mécanisme de blessure et les symptômes. Tu peux te référer à mon article sur les symptômes pour être en mesure de reconnaître les symptômes les plus fréquents d’une commotion. En ce qui concerne les différents mécanismes de blessure, il est possible de les séparer en 2 catégories.

Les impacts directs, qui regroupent tous les impacts au visage ou à la tête: 

  • Contact tête à tête;
  • Chute tête contre sol;
  • Ballon au visage;

Les impacts indirects, qui regroupent des impacts qui provoquent une secousse (mouvement de va-et-vient) de la tête sans que celle-ci subisse de contact:

  • Contact au corps;
  • Chute sur les fesses;
  • Accident de voiture;

Toute situation ou mécanisme qui peut créer une accélération du cerveau dans ta boîte crânienne peut possiblement amener à provoquer une commotion cérébrale. Il est donc important que tu sois en mesure de reconnaître le type de mécanisme qui peut provoquer la commotion cérébrale et voir si ce mécanisme provoque des symptômes. La liste de symptômes que peut provoquer une commotion est très longue et se manifeste différemment d’une personne à l’autre. Tu dois aussi rester vigilant, puisque les symptômes peuvent apparaître jusqu’à 48 heures après un impact. 

Étapes de récupération

En cas d’un contact qui peut provoquer une commotion, tu dois suivre certaines étapes pour optimiser la guérison du cerveau:

  1. Arrête automatiquement le sport ou l’activité que tu es en train de participer. Prends quelques temps pour observer si l’impact a créé l’apparition de symptômes.
  2. Fais un repos complet d’activité physique pour les prochaines 48-72 heures.
  3. Réévalue après 48 heures si l’impact a créé des symptômes.

Si présence de symptômes:

  • Consulte un médecin ou un professionnel spécialisé avec les commotions cérébrales le plus rapidement possibles pour obtenir les bonnes recommandations.
  • Débute un protocole de retour à l’apprentissage de façon adéquate.
  • Entreprends un protocole de retour au jeu au bon moment en suivant des directives propices à ton sport.
  • Assure-toi de retourner à ton sport de compétition au moment opportun.

Sans présence de symptôme:

  • Si tu as suivi une évaluation pré-saison, il serait bien de refaire ton évaluation pour voir si ton cerveau réagit de la même façon qu’avant l’incident.
  • Reprendre graduellement les activités physiques sans restriction.

Prise en charge

Une bonne prise en charge dès le début de l’incident peut t’aider à éviter les complications reliées à un deuxième impact rapproché ou dues à une surcharge cognitive ou physique dans les premiers jours. Lors d’un impact important, le niveau d’énergie du ton cerveau diminue considérablement. Tu dois permettre à ton cerveau de se reposer et lui laisser le temps de bien récupérer avant de reprendre tes activités normalement. 

Il faut absolument que tu avises les gens autour de toi, comme ton entraîneur, tes parents ou tes coéquipiers que tu ressens un ou des symptômes de commotions cérébrales. En arrêtant tout de suite, tu t’assures probablement d’une récupération rapide et sans complication.

Avise les bonnes personnes le plus rapidement possible pour garder un cerveau en santé et être en mesure de pratiquer ton sport encore pendant longtemps.

Lors de la récupération, la disparition des symptômes est une bonne chose. Cependant, une fois les symptômes disparus, on sait aujourd’hui que le cerveau n’est pas entièrement guéri. Il faut le stimuler graduellement et s’assurer qu’il peut tolérer plusieurs stimulus et différentes interactions sans provoquer le retour des symptômes. Une réadaptation contrôlée et supervisée permet un retour sécuritaire vers ton sport. Assure-toi de suivre les différents protocoles de retour (protocole de retour à l’apprentissage et protocole de retour au jeu).

En conclusion,

À ce jour, il n’existe aucun appareil ni examen qui peut confirmer la présence ou non d’une commotion cérébrale. Les différents cliniciens se baseront sur le mécanisme de blessure et l’interprétation des symptômes par l’athlète pour émettre un diagnostic. Dans le cas où tu soupçonnes une commotion, avises les gens de ton entourage, prends du repos pendant un bon 48 heures et vois si tu ressens des symptômes. Dès l’apparition d’un ou de plusieurs symptômes, n’hésite pas à consulter un spécialiste en commotion cérébrale pour obtenir de bonnes directives. Les protocoles de retour permettre un retour graduel vers tes activités sportives, mais aussi de s’assurer que ton cerveau a eu le temps de guérir pleinement. 

Ton cerveau tu en as juste 1, protège-le et assure-toi de le garder en pleine santé !

N’hésitez pas à me poser tes questions sur le sujet au bas de cet article.

Laisser vos commentaires (questions)

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}

Tu aimerais aussi ces articles

Coup à la tête: Dois-je en parler ?

Commotion cérébrale: pourquoi un « baseline » ?

Reste informé

Nom*
Adresse courriel*
Message
0 of 350