fbpx

Coup à la tête: Dois-je en parler ?

Lorsqu’on pratique un sport plusieurs fois par semaine, c’est parce qu’il s’agit d’une passion. L’athlète s’investi corps et âme dans ce sport pour s’améliorer, développer ses aptitudes et performer quand vient le temps des compétitions ou bien des matchs. Pour un athlète, l’idée de devoir rester à l’écart de cette routine ou de ne pas pouvoir joindre ses coéquipiers sur le terrain est souvent une crainte a laquelle il refuse de penser. Toutefois, est-il optimale pour un athlète de ne pas informer son coach, ses coéquipiers ou bien même ses parents lorsque quelque chose ne va pas ? Quant est-il des coups à la tête, est-il favorable pour un athlète de ne rien dire ? Est-ce vraiment important d’en parler tout de suite ? Peut-être d’attendre la fin du match peut être un bon compromis ? Ou bien encore de pas en parler évitera à l’athlète de devoir rester à l’écart du jeu ?

Dans cette article, je te donne 3 BONNES RAISONS pourquoi il est IMPORTANT pour un athlète d’en parler immédiatement quand il reçoit un coup à la tête !!!!!! 

via GIPHY

On va voir que de se retirer du jeu, à la suite d’un impact important permet de conserver son énergie, de diminuer considérablement la chance de développer des complications et évite de subir l’effet du 2e impact qui pourrait avoir des impacts irréversibles. 

3 raisons d’en parler

Un athlète n’a pas toujours envie de se retirer de son sport et parfois cela peut l’amener à vouloir cacher ce qu’il ressent. Par contre, il s’agit jamais d’une bonne idée, surtout lorsque l’on parle de coup à la tête ou d’impact violant pouvant causé une commotion cérébrale. Il est essentielle en tant qu’athlète de rapporter comment on se sent. Voici les 3 raisons pourquoi c’est important pour un athlète d’en parler rapidement:

1. Éviter de vider son énergie

À la suite d’un impact pouvant provoquer une commotion cérébrale, le cerveau subi une « crise énergétique », il est donc en manque d’énergie. Lorsque l’athlète continue de pratiquer son sport, il vide complètement ses réserves d’énergie. Ce qui fait que le cerveau aura besoin d’encore plus de repos pour récupérer. L’athlète prolonge donc le temps nécessaire pour se remettre de sa blessure et devra ralentir davantage l’ensemble de ses activités.

2. Éviter les complications 

Quant l’athlète cache comment il se sent, il s’expose davantage à la possibilité de développer des complications. De poursuivre ses entraînements alors qu’il ressent des symptômes de commotion cérébrale peut augmenter le risque de développer des symptômes chroniques. Si le cerveau n’obtient pas le repos et la récupération nécessaire, celui-ci peut rester avec des séquelles permanents. Le cerveau est un organe unique qui ne peut pas être remplacé. Il est donc important de le laisser guérir complètement avant de reprendre l’ensemble de ses activités.

3. Éviter l’effet du 2e impact 

La raison la plus important pourquoi qu’un athlète devrait toujours en parler lorsqu’il reçoit un coup à la tête ou un impact provoquant une commotion cérébrale est pour éviter l’effet du 2e impact. L’effet du 2e impact, se produit quand l’athlète reçoit un autre coup avant que les dommages causés par le premier coup soient complètement guéri. L’effet du 2e impact est une conséquence grave à la commotion cérébrale et peut provoquer des dommages cérébraux irréversible et même fatal. Cette problématique aux conséquences graves est principalement observé chez les jeunes athlètes.

En conclusion, un coup à la tête est loin d’être banal, les symptômes que peuvent provoquer un impact ne doivent pas en aucun cas être ignorés et il est essentiel que l’athlète en parles s’il vit ce genre de situation. Le fait d’en parler rapidement permet :

  • D’éviter de vider ses réserves d’énergie
  • D’éviter les complications
  • D’éviter les effets d’un 2e impact

Il est toujours préférable pour un athlète de manquer une (1) ou deux (2) parties et quelques entraînements que de n’être plus en mesure de pratiquer son sport. Le cerveau est un organe essentielle et unique qui ne peut pas être remplacé qu’il faut garder en santé et protéger.

N’hésites pas me laisser tes commentaires ou tes questions, il me fera plaisir de te répondre. 

Ma tête j’la protège !

Laisser vos commentaires (questions)

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}

Tu aimerais aussi ces articles

Commotion cérébrale: pourquoi un « baseline » ?

Commotion cérébrale: les 10 symptômes les plus fréquents !

Reste informé

Nom*
Adresse courriel*
Message
0 of 350