fbpx

Commotion cérébrale: les 10 symptômes les plus fréquents !

La commotion cérébrale peut se présenter de différentes façons, certains disent qu’ils ont fait seulement une « petite » commotion, d’autres disent que c’était une « bonne ». En réalité, c’est les symptômes qui désigneront l’état ou l’ampleur de la commotion cérébrale. Une commotion cérébrale c’est une commotion cérébrale, il n’y a pas de petit ou de grosse. Ce sont les symptômes qui peuvent être intenses ou légers. Quels sont ces différents symptômes liés à une commotion cérébrale?

via GIPHY

Dans cet article, je te présente les 10 symptômes les plus fréquemment ressentis lors d’une commotion cérébrale. De plus, je te donne 2 conseils essentiels pour te permettre une bonne récupération. Reconnaître et identifier les symptômes d’une commotion cérébrale est important pour bien comprendre la commotion cérébrale. 

1. Mal de tête 

Le mal de tête est sans aucun doute le symptôme le plus souvent rapporté quand on parle de commotion cérébrale. Il s’agit souvent du premier et du dernier symptôme ressenti et l’intensité peut varier dans le temps. Il est possible que le mal de tête soit ressenti immédiatement lors de l’impact ou seulement quelques heures après l’incident. Dans le cas où le mal de tête est intense et persistant, il est important de consulter rapidement.

2. Nausées

Les nausées sont en général ressenties dans l’heure qui suit. Elles peuvent être perçues comme une sensation de vertige. Il est aussi possible que les nausées persistent dans les jours suivant l’incident, mais elles devraient diminuer en intensité et en fréquence. Il n’est pas rare qu’à la suite d’un impact les enfants vomissent, toutefois s’il y a plusieurs vomissements, il est préférable de consulter rapidement. 

3. Étourdissements

Les étourdissements sont très souvent perçus lors de l’impact et diminuent par la suite. Ils sont en général épisodiques et deviennent de moins en moins fréquents jour après jour. Dans le cas où les étourdissements resteraient de la même intensité ou persisteraient, il est important de consulter un professionnel de la santé qualifié en commotion cérébrale.

4. Fatigue 

Dans les premiers temps, la fatigue est l’état qui prédomine, tous les autres. Elle se fait ressentir dès le début et elle a des répercussions directes sur les autres symptômes. Lors d’une commotion cérébrale, le cerveau subit un « déficit énergétique », en d’autres mots, il manque d’énergie. Ce manque d’énergie au cerveau crée une fatigue mentale et physique, le repos devient donc essentiel. Une bonne gestion de l’énergie et du repos est primordiale pour favoriser une bonne récupération. Il est important d’être bien accompagné par un professionnel de la santé qualifié en commotion cérébrale pour permettre au cerveau d’augmenter son énergie.

5. Confusion 

La confusion peut se présenter dans les premiers instants à la suite de l’impact et se rétablir assez rapidement. Il est aussi possible qu’elle s’installe tranquillement après l’incident face aux événements passés. La confusion devrait être passagère, une désorientation complète, une confusion persistante ou l’incapacité à être cohérent demande une consultation médicale d’urgence.

6. Vision trouble 

La vision trouble peut être passagère ou rester dans les jours suivants la commotion cérébrale. Elle se manifeste lorsque les yeux sont stimulés et peut être plus prononcée en fin de journée. Habituellement, la vision trouble se résorbe dans un délai de quelques jours. Si elle semble rester, une évaluation par un professionnel de la santé qualifié en commotion cérébrale doit être considérée.

7. Sensibilité à la lumière 

La sensibilité à la lumière s’exprime par l’augmentation des autres symptômes mentionnés plus haut en présence de lumière vive, telle que le soleil, les néons et la lumière bleue. Cette sensibilité devient souvent notable quelque temps après l’incident et peut rester pendant plusieurs jours. En général, plus le cerveau est en état de fatigue, plus la sensibilité à la lumière est marquée.

8. Sensibilité aux bruits

La sensibilité au bruit s’exprime aussi par l’augmentation des autres symptômes mentionnés plus haut en présence de sons forts et dérangeants. De la musique forte ou un endroit avec beaucoup de gens sont des exemples de situations qui peuvent provoquer cette sensibilité. Tout comme la sensibilité à la lumière, plus ton cerveau sera en état de fatigue, plus tu seras sensible aux bruits ambiants.

9. Somnolence 

On définit la somnolence comme un état de semi-conscience qui se situe entre le sommeil et l’éveil. Dans le cas d’une commotion cérébrale, le manque d’énergie au cerveau provoque de la somnolence. Un arrêt des activités cognitives et physiques durant les premiers jours est essentiel pour rétablir le niveau d’énergie et ainsi diminuer la sensation de somnolence. Il est toutefois important de consulter rapidement si la somnolence persiste ou si l’état d’éveil est limité.

10. Émotivité accrue 

Une émotivité accrue, ce manifeste par une incapacité de gérer ses émotions. La personne se sentira très triste ou émotive. Elle peut « pleurer sans raison » ou « rire sans comprendre pourquoi » ou bien changer d’état émotif d’un moment à l’autre. À la suite de l’incident, les émotions peuvent être mélangées pendant plusieurs jours.

Conseil 1

La chose la plus importante suivant un incident qui provoque l’un ou plusieurs des symptômes mentionnés ci-haut, c’est le repos. Éliminer le maximum d’information envoyé au cerveau pour conserver le maximum d’énergie est sans aucun doute la meilleure chose à faire. Un maximum de repos dans les heures qui suivent et les premiers jours suivant l’incident optimise la récupération.

Conseil 2

Une prise en charge rapide par des gens qualifiés en commotion cérébrale permet d’optimiser la récupération. Un suivi bien encadré permet d’alimenter ton cerveau graduellement et d’augmenter ton niveau d’énergie de façon progressive.

En résumé, la commotion cérébrale peut se manifester selon un grand nombre de symptômes de diverse intensité et de durée indéterminée. Les symptômes sont souvent différents d’une personne à l’autre et peuvent être difficiles à gérer quand on n’est pas bien renseigné. Ces 10 symptômes font partie des symptômes les plus fréquents, mais la liste complète ne se limite pas qu’à ceux-ci. Après un impact, bien reconnaître les symptômes permet d’éviter des effets à long terme ainsi qu’une récupération plus lente.

N’hésite pas à poser tes questions au-bas de cet article, il me fera plaisir de te répondre.

Je t’invite à consulter la liste complète des symptômes d’une commotion cérébrale au bas de cet article. 

Laisser vos commentaires (questions)

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}

Tu aimerais aussi ces articles

Coup à la tête: Dois-je en parler ?

Commotion cérébrale: pourquoi un « baseline » ?

Reste informé

Nom*
Adresse courriel*
Message
0 of 350